Articles > Les peuples de l'Islam > 2017 > Le soft power des soufis
La revue > Année XIII, Numéro 25, Juillet 2017 > Le soft power des soufis

Le soft power des soufis

L’amitié avec Dieu est la source de l’autorité. Dans le soufisme, c’est le Tout-Puissant qui choisit une personne pour l’honorer, l’élire, la sanctifier et lui accorder des dons de connaissance et des pouvoirs spirituels, qui font d’elle un guide dans son milieu. Dans les textes mystiques, cette sainteté est comparée au tronc d’un arbre aux multiples branches : chacune d’elles produit une force qui se transforme en un leadership effectif, capable d’influencer la formation de la culture dans la société de son temps

Souad al-Hakim | mardi 29 août 2017

[L'article est contenu dans Oasis n. 25. Pour en lire tous les contenus vous pouvez vous abonner]

Dans l’histoire du soufisme, les itinéraires intellectuels et existentiels suivis par les autorités « religieuses » dans le domaine mystique s’entrecroisent tous dans la notion de walâya [« amitié divine », « sainteté »]. Si, du point de vue religieux, Dieu possède toutes les forces actives et interactives dans l’univers, manifestes et cachées, spirituelles et matérielles, le walî, c’est-à-dire la personne proche de Dieu et aimée de lui, devient à son tour une force symbolique significative dans son contexte humain et dans l’équilibre des forces.

[L'article est contenu dans Oasis n. 25. Pour en lire tous les contenus vous pouvez vous abonner]

©2016 Fondazione Internazionale Oasis C.F. 94068840274 - email: oasis@fondazioneoasis.org - Politique de confidentialité - Credits