La revue > Année XIII, Numéro 25, Juillet 2017

Qui parle pour les musulmans

Année XIII, Numéro 25, Juillet 2017

Éditorial

À la recherche d’un guide

L’Occident cherche un interlocuteur unique, mais l’autorité en Islam est polycentrique

Martino Diez

Actualité

Le Coran comme programme politique

Les islamistes prétendent restaurer la pensée et les pratiques des premières communautés islamiques, et s’approprient les textes sacrés pour élaborer leur propre conception d’un gouvernement théo-démocratique fondé sur la notion de souveraineté divine. Ils affirment que cette notion remonterait à la période formative de l’Islam. Mais on ignore ainsi les interprétations différentes et essentiellement apolitiques qui se trouvent dans les sources les plus anciennes.

Asma Afsaruddin

Comment le clergé chiite est entré en politique

Né comme mouvement révolutionnaire, le Chiisme a connu tout au long de son histoire une croissance constante et ininterrompue du rôle des oulémas, au point d’en arriver, au XIXe siècle, à la création d’une véritable hiérarchie dominée par l’autorité de la marja‘iyya. Après la révolution khomeyniste, cette institution est entrée en concurrence avec la fonction de Guide suprême iranien et se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins : l’ayatollah Sistânî en Irak en sera-t-il le dernier grand représentant ?

Rainer Brunner

Le soft power des soufis

L’amitié avec Dieu est la source de l’autorité. Dans le soufisme, c’est le Tout-Puissant qui choisit une personne pour l’honorer, l’élire, la sanctifier et lui accorder des dons de connaissance et des pouvoirs spirituels, qui font d’elle un guide dans son milieu. Dans les textes mystiques, cette sainteté est comparée au tronc d’un arbre aux multiples branches : chacune d’elles produit une force qui se transforme en un leadership effectif, capable d’influencer la formation de la culture dans la société de son temps

Souad al-Hakim

Les fatwas, une arme contre le fanatisme

Les États ont intérêt à avoir des institutions religieuses fortes, capables de produire un nouveau discours sur la foi

Al-Azhar est-elle la voix de tous les sunnites ?

La mosquée-université égyptienne est souvent considérée comme « l’autorité suprême de l’Islam sunnite ». Si grand que soit son prestige, elle ne peut en réalité revendiquer ce leadership absolu que l’Occident lui attribue. Elle aspire toutefois à guider le mouvement de renouveau de l’Islam.

Michele Brignone

Ce document sur la réforme que al-Azhar a écrit et n’a pas publié

Un intellectuel égyptien a préparé pour l’Azhar un document sur le renouvellement du discours religieux, thème qui est au cœur du débat en Égypte. Ce texte affronte des questions sensibles, et c’est notamment pour cette raison qu’il n’a pas été rendu public jusqu’à présent.

Salah Fadl

Les oulémas saoudiens, gardiens du changement

Le théologien Ibn ‘Abd al-Wahhâb garantit aux souverains saoudiens la légitimité religieuse. Les souverains, à leur tour accordèrent au clerc et à ses adeptes le monopole de l’interprétation de l’Islam. Exportée dans le monde entier grâce aux ressources énormes du royaume, cette doctrine ultraconservatrice controversée a dû elle aussi se mesurer avec la modernisation, qui a mis en crise le pacte fondateur et engendré des oppositions au sein de l’establishment religieux.

Raihan Ismaïl

L’autorité musulmane rencontre l’Europe. Et se transforme

D’aucuns ont décrit la situation du leadership islamique dans le Continent européen comme « une assourdissante cacophonie des voix ». Depuis des dizaines d’années, les institutions de différents pays ont du mal à trouver des interlocuteurs parmi un nombre sans cesse croissant d’organisations de mosquées et associations religieuses, imams autodidactes ou dépendant de nations étrangères. La fragmentation au sommet, si elle pose problème aux autorités européennes, est toutefois une ressource pour ses acteurs.

Abdessamad Belhaj

Documents

Les douze « Mainteneurs » du Coran

Le Coran a besoin d’un Mainteneur, exactement comme les organes sensoriels ont besoin d’un cœur

Martino Diez

L’imam comme preuve divine

Dans la collection la plus importante de hadîths chiites, la centralité absolue des imams se manifeste dans le choix de rapporter les propos attribués non seulement à Muhammad, mais aussi à ses successeurs. Bon nombre de ces traditions portent sur la nécessité d’un guide infaillible, inspiré par Dieu. Ce guide ne peut être le seul Coran, objet d’interprétations divergentes et conflictuelles : il faut un « Mainteneur », tout comme il faut un cœur pour les organes sensoriels.

Textes extraits de al-Kulaynî

Théologie-fiction : prophétie de la oumma à venir

Au cœur de la crise de l’autorité dans le monde sunnite contemporain

Martino Diez

L’usure de la charia

Al-Juwaynî imagine un monde islamique qui n’a plus de calife, ni un gouvernement unitaire d’un « imam d’usurpation » ou sultan. Le juriste indépendant, capable de déduire de nouvelles normes, s’est éteint ; de la loi coranique, ce sont surtout les préceptes cultuels et les normes du droit de la famille qui sont restés vivants. L’alternative est claire : ou chercher à ressusciter les juristes indépendants, ou bien reconnaître l’autonomie des réalités temporelles.

Textes extraits de al-Juwaynî

« Démasquer les vendeurs d’illusions sur l’au-delà »

Voyage apostolique du pape François en Egypte, une anthologie

S.S. le Pape François

Reportage

À la recherche d’un Islam allemand

Le débat est ouvert dans plusieurs pays européens sur la nécessité de former des experts religieux dans des écoles locales, afin d’éviter des interférences étrangères ainsi que l’activité de prédicateurs self-made. Ce qui préoccupe, c’est non seulement l’essor d’idées contraires à l’intégration des communautés islamiques sur le Continent, mais aussi la croissance d’idéologies radicales. Face à ces phénomènes, l’Allemagne a misé sur la création de centres de Théologie islamique. Nous sommes allés voir.

Rolla Scolari

Recensions

Les métamorphoses du califat

Caliphate. The History of an Idea

Chiara Pellegrino

Le passé oublié des alaouites

A History of the ‘Alawis. From Medieval Aleppo to the Turkish Republic

Martino Diez

Salafisme, histoire d’une équivoque

The making of Salafism. Islamic Reform in the Twentieth Century

Rocio Daga Portillo

Si global n’est pas synonyme d’universel

The Sociology of Islam. Knowledge, Power and Civility

Michele Brignone

La troisième voie du Jésus du Coran

The Islamic Jesus

Rolla Scolari

Si une comédie explique mieux qu’un séminaire de théologie

Quand les films anticipent le débat dans le monde islamique et en Occident.

Emma Neri

©2016 Fondazione Internazionale Oasis C.F. 94068840274 - email: oasis@fondazioneoasis.org - Politique de confidentialité - Credits