close_menu
close-popup
image-popup

Langues disponibles:
close-popup
Paypal
Carta di credito
souscrire
Chrétiens dans le monde musulman

La paix incertaine du Soudan

L'Archevêque de Juba a exhorté le Sudan People Liberation Movement (SPLM) et le

 

National Congress Party (NCP) à redouter Dieu dans la réalisation du Comprehensive Peace Agreement.

 

A travers Radio Bakhita, l'Archevêque Paulino Lukudu Loro a lancé un appel au Sudan People Liberation Movement (SPLM) et au National Congress Party (NCP) à redouter Dieu, dans la situation actuelle de litige et de crise politique, et à garantir et assurer le bien-être aux citoyens.

 

« En tant que leaders religieux nous rappelons aux deux parties de redouter Dieu et d'agir en conscience. Dieu est en train de parler à leurs consciences », affirme l'Archevêque de Juba.

 

« Tout ce dont nous avons besoin c'est le bien, le bonheur et la paix du peuple soudanais. Dès lors, les deux parties doivent travailler afin que le peuple soudanais soit heureux tant au Nord qu'au Sud du pays. Ils doivent prendre une position qui serve à l'aboutissement d'une véritable paix » a ajouté l'Archevêque.

 

Le Comprehensive Peace Agreement (CPA) a été signé à Naivasha (Kenya) le 9 janvier 2005 pour mettre fin à la guerre civile africaine la plus sanglante. Le conflit a tué plus de deux millions de personnes et a engendré quatre millions de réfugiés en vingt et un ans. Le CPA fournit les lignes directrices pour le processus de paix au Soudan.

 

Le 11 octobre 2007 le SPLM a rappelé à Juba tous ses ministres et conseillers présidentiels à l'intérieur du gouvernement d'unité nationale (GoNU) pour pousser le NCP à appliquer les protocoles signés par les deux parties.

 

L'Archevêque de Juba a affirmé sa confiance que la décision du SPLM, de retirer ses ministres du gouvernement d'unité nationale, est une manœuvre vouée à mesurer et à pousser à l'application du CPA deux ans après la signature de l'accord. Le président de la Conférence épiscopale catholique du Soudan a lancé un appel au SPLM et au NCP à siéger avec la communauté internationale pour évaluer l'application du CPA. Il a ajouté que les leaders religieux ne s'attendent pas à ce que les deux parties recommencent à se faire la guerre étant donné que le peuple soudanais ne veut pas revenir à la guerre : « les leaders religieux à présent ne demande en aucune manière la guerre. Nous sollicitons les leaders du monde à siéger de façon réellement sérieuse et d'essayer de lire les signes des temps deux ans après les accords de paix, avec le soutien de tous ceux qui sont prêts à aider le Soudan. Le peuple soudanais n'a pas besoin de la guerre et est prêt à discuter une paix honnête».

 

Les questions les plus importantes en discussion sont la démarcation des frontières entre le Nord et le Sud Soudan dont la réalisation était prévue pour la première moitié de l'année 2005 le retrait des forces soudanaises du Sud, la transparence dans la division des profits pétroliers et l'évolution démocratique.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour obtenir des informations et des analyses, abonnez-vous à notre revue semestrielle