close_menu
close-popup
image-popup

Langues disponibles:
close-popup
Paypal
Carta di credito
soutenez-nous
Religion et société

LES MIGRATIONS, PRIORITÉ DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

Le Caire 13-14 Septembre 2004

 

 

L'Audit Régional pour la Méditerranée et le Moyen-Orient, organisé par la Commission Mondiale des Migrations Internationales, s'est tenu au Caire en septembre dernier. La Commission a été promue par le Secrétaire des Nations Unies qui a reconnu dans le thème des migrations internationales une des priorités de la communauté internationale.

 

 

Font partie de la Commission, des hommes et des femmes politiques de grande expérience et sensibilité dans ce domaine, parmi lesquels d'anciens chefs d'état, de gouvernement et des ministres, ainsi que des représentants de la société civile. La Conférence du Caire suit de quelques mois celle qui s'est tenue à Manille aux Philippines au mois de mai dernier et précède les conférences aux niveaux Européen, Africain et Américain qui se tiendront prochainement. Au travers de ces cinq larges consultations à échelle régionale, la Commission devrait être en mesure d'atteindre son but qui est celui de présenter au Secrétaire Général des Nations Unies et aux organismes intéressés des recommandations concernant le contrôle et la régulation des migrations internationales. A la Conférence ont participé plus de 160 personnes représentant les gouvernements, les organisations internationales et régionales, des experts, des organisations non gouvernementales. Le débat a tourné autour de quatre principaux centres d'intérêt: les aspects économiques des migrations, les migrations illégales, le rapport immigrés-sociétés et les droits de l'homme, les politiques internationales de régulation des migrations.

 

 

Les conclusions de l'Assemblée, qui sont disponibles sur le site des Commissions (www.gcim.org) ont rappelé la nécessité que le thème des migrations internationales ne soit affronté ni de façon isolée de la part des seuls gouvernements, ni en séparant ou en ignorant les différents aspects du problème: politiques, sociaux, culturels et problème des relations économiques internationales. Le développement manqué et la distribution inégale des richesses font partie de causes radicales qui ne peuvent pas être ignorées. Même des accords internationaux bilatéraux peuvent faire épargner une quantité de souffrances et de tragédies. Les migrations ne doivent pas être seulement envisagées dans leur dimension problématique, mais il est nécessaire de reconnaître les bénéfices effectifs qu'elles comportent, soit pour les pays d'où partent les travailleurs-migrants, soit pour les pays qui les reçoivent.

 

 

Le principe selon lequel les migrants restent porteurs de droits même lorsqu'ils se trouvent illégalement dans un pays a été rappelé. Parmi les droits des migrants, celui d'exprimer publiquement leur propre identité culturelle et religieuse occupe une place importante.

Inscrivez-vous à notre newsletter

J'autorise l'utilisation de mes données après avoir accepté la politique

Pour obtenir des informations et des analyses, abonnez-vous à notre revue semestriel