close_menu
close-popup
image-popup

Langues disponibles:
close-popup
Paypal
Carta di credito
soutenez-nous
Religion et société

Une nouvelle direction à Al-Azhar : l’héritage qu’elle reçoit, l’influence qu’elle pourra exercer

Ahmed At-Tayyeb succède à Muhammad Tantawi, décédé le 10 mars dernier, comme shaykh de la mosquée d’Al-Azhar. Une alternance qui peut marquer une nouvelle phase dans les relations islamo-chrétiennes.

Le 10 mars dernier, le Grand Imam de la Mosquée Al-Azhar et Grand shaykh de l’Université du même nom est mort à l’âge de 81 ans à Riyad en Arabie saoudite.

 

 

Une mort qui marque inévitablement un passage important pour l’institution millénaire qui en tant que point de référence religieux, culturel et éducatif de tout l’Islam sunnite, doit aujourd’hui relever un défi difficile : maintenir fermement son autorité face à la prolifération de nouveaux canaux souvent aguerris de formation islamique alternatifs aux traditionnels, comme les sites internet, les télévisions satellitaires et les social network.

 

 

Tantawi, né en 1928 dans le village de Salim, à trois cents kilomètres au sud du Caire, s’était formé au prestigieux Institut d’Études Religieuses d’Alexandrie et à l’Université d’Al-Azhar, avant d’exercer différentes responsabilités académiques en Égypte, en Lybie et en Arabie saoudite et d’être nommé Grand Mufti d’Égypte en 1986 et directeur de l’Université-Mosquée de la capitale égyptienne en 1996.

 

 

Ses prises de position « modérées » sur de nombreuses questions comme le voile islamique, l’avortement, les attaques-suicide, les femmes-imam, la circoncision féminine, ont causé de nombreuses et de sévères controverses et ce pas uniquement dans le monde islamique. Chaque fois, Muhammad Sayyid Tantawi a démontré qu’il était sans aucun doute un homme de modération, un penseur bien enraciné dans la tradition islamique, mais à la recherche de solutions nouvelles pour des problèmes nouveaux et capable de maintenir la tradition toujours vivante. Une telle position a trouvé une forte opposition de la part de l’Islam extrémiste et politique, représenté par la star médiatique Yusuf Qaradawi, mais il semble cependant que l’homme choisi pour lui succéder, Ahmed at-Tayyeb maintiendra ce cap.

 

 

En effet, recteur actuel de l’Université d’Al-Azhar, Ahmed at-Tayyeb est une personne de grande culture, d’ouverture et de dialogue, qui s’est formé aussi bien en Égypte qu’à l’étranger, et qui a participé à plusieurs reprises à des rencontres de dialogue organisées par des institutions catholiques.

 

 

Les raisons qui peuvent avoir poussé le Président Moubarak à pencher pour cette décision sont nombreuses. Certainement, ont eu leur importance différentes raisons politiques, la bonne réputation dont il jouit, ses indéniables mérites culturels et scientifiques et les relations qu’en qualité de recteur, il a su instaurer avec des Universités du monde entier.

 

 

Personnellement, j’ai eu l’occasion de le connaître et d’entretenir avec lui des rapports très positifs, grâce également à nos études communes sur le grand poète soufi Umar b. al-Farid. D’ailleurs, il est lui-même de famille et de formation soufie.

 

 

Je crois que ce choix en tant que Grand Shaykh de la mosquée et de l’Université d’Al-Azhar représente un pas important en direction d’une ouverture ultérieure entre le monde islamique et le monde chrétien, et plus généralement entre religions et cultures différentes.

Inscrivez-vous à notre newsletter

J'autorise l'utilisation de mes données après avoir accepté la politique

Pour obtenir des informations et des analyses, abonnez-vous à notre revue semestriel