close_menu
close-popup
image-popup

Langues disponibles:
close-popup
Paypal
Carta di credito
souscrire
Chrétiens dans le monde musulman

L’Église pakistanaise : acteur nécessaire

Au Pakistan il y a environ cinq millions de chrétiens, menacés à différents moments et pour différentes raisons. Ils sont menacés lorsque la Ligue Musulmane conservatrice gouverne le pays ; ils sont menacés lorsque les lois de l’état perdent d’efficacité et ne parviennent pas à protéger les minorités des musulmans extrémistes.

 

 

La Ligue Musulmane conservatrice tend à s’emparer de la position cléricale qui soutient que les chrétiens ne sont pas des citoyens égaux, même si cela va contre la Constitution. Certains représentants religieux modérés pensent que même sous l’Islam les chrétiens ne peuvent pas être considérés des citoyens de deuxième classe, mais ces représentants sont ignorés.

 

 

Sous un parti politique libérale comme celui du Parti Populaire Pakistan (PPP), les chrétiens souffrent car le PPP n’est pas en mesure d’agir de façon efficace contre la société pour punire le comportement criminel à l’égard des chrétiens. Sous le gouvernement libéral du Général Musharraf, les chrétiens sont revenus aux électorats unis, système qui leur offre une certaine sécurité, mais le gouvernement n’est pas à même de les protéger du crime extrémiste religieux.

 

Les chrétiens dans la plupart du Pakistan remontent d’avant la fondation de l’état et vivaient dans certaines parties de la province de Punjab encore avant que les musulmans viennent s’y établir. Ils sont tenus à l’œil par la loi draconienne appelée « Loi du Blasphème » qui prévoit la mort comme punition minimum. Ils sont également souvent attaqués par les fanatiques pour « punire l’Amérique ».

 

 

Avec le système des électorats unis – qui pourrait être aboli si les conservateurs devaient revenir au pouvoir – les chrétiens ont le droit de voter avec les musulmans, outre à avoir certains postes réservés au Parlement. Mais, étant donné que l’état est en train d’être graduellement battu par les Islamistes, le pouvoir de l’état a diminué et les minorités sont devenues vulnérables.

 

 

Les chrétiens qui vivent dans la Province de la Frontière nord occidentale (NWFP North-West Frontier Province), gouvernée par le clerc ont reçu des menaces de mort en cas de non-conversion à l’Islam. L’enthousiasme pour la conversion a gagné tout le Pakistan. Des chrétiens réputés sont invités à embrasser l’Islam et certains cèdent aux menaces. Un chanteur chrétien a refusé « l’invitation » et est à risque des extrémistes, tandis que dans les sports, il y a la tendance à embrasser l’Islam afin d’éviter des persécutions. Un juge hindou de la Cour Suprême a dû écrire une eulogie du Prophète Mohamed.

 

 

Les chrétiens au Pakistan sont une communauté économiquement désavantagée. Contrairement à l’Inde, il n’y a pas de prospectives pour leur développement économique. L’Église est en train de faire de son mieux pour tenir son troupeau uni, mais l’Église elle-même est limitée dans sa prédication, comme partout ailleurs dans le monde islamique. Toutefois, l’Union Européenne, qui s’occupe des minorités suivant la loi, doit garder le gouvernement du Pakistan sous pression de façon à ce que l’état retire les lois qui prennent pour cible les chrétiens.

 

 

En Inde les réactions contre l’église chrétienne proviennent de la société, au Pakistan au contraire, elles proviennent de l’état, qui a des lois qui frappent les chrétiens. Contrairement à l’Inde, au Pakistan les chrétiens ne reçoivent pas la protection des musulmans qui sympathisent pour leur situation. Leur unique protecteur c’est l’Occident séculaire en général et l’Union Européenne en particulier, qui doit garder l’État du Pakistan sous pression.

 

 

La question de renforcer l’Eglise au Pakistan tout en évitant sa corruption interne est tout aussi importante que compliquée. Les prêtres au Pakistan n’ont pas toujours fait de leur mieux pour améliorer la condition d’une communauté très éprouvée. Et pourtant, l’Eglise au Pakistan continue à être un acteur très promettant.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour obtenir des informations et des analyses, abonnez-vous à notre revue semestrielle