close_menu
close-popup
image-popup

Langues disponibles :
close-popup
Paypal
Carte de crédit

Privacy policy

S’abonner
Moyen-Orient et Afrique

Joyeux Noël avec la voix « pure » de Wadî‘ al-Sâfî

Basilique de la Nativité, Bethléem [Shutterstock]

Les vœux qu’Oasis adresse à ses amis sur les notes du fondateur du folklore libanais moderne

Dernière mise à jour: 24/12/2021 09:43:51

Il y a cent ans, un an après la proclamation de l’État du Grand Liban, naissait un artiste profondément libanais et profondément international : la « voix éternelle du Liban », la « voix en or » ou, mieux encore, la voix « pure », comme son nom l’indique.

 

Wadî‘ al-Sâfî naît à Niha (dans la région montagneuse du Chouf) au sein d’une famille aussi modeste que nombreuse. À l’âge de seulement 4 ans, inspiré par ses grands-parents, il chante et joue de la darbouka lors de mariages. À 13 ans, il apprend l’oud et les chants traditionnels byzantins et syriaques à Beyrouth, où il s’inscrit au conservatoire. À 17 ans, il se produit avec une jeune fille de 15 ans, une certaine Sabah, et remporte un concours musical qui le conduit à la radio et le révèle comme jeune talent panarabe.

 

Une carrière internationale (dans les années 1950, il est au Brésil pour chanter des chansons célèbres comme Lubnân, yâ qit‘a samâ’, « Liban, ô morceau de ciel », pour la nombreuse diaspora libanaise) de 75 ans et de plus de 3 000 chansons ont fait de lui le « fondateur du folklore libanais moderne », ainsi que le maître du mawwâl et du tarab, qu’il interprétait pour son plus grand amusement et celui de son public. On le voit ici avec Sabah Fakhri, Farid El Atrache, Nizar Qabbani, Mohammad Abdul Wahab, et on le voit ici avec Fairouz. Pavarotti aurait dit de lui : « cet homme ne chante pas seul : c’est comme si quelqu’un chantait avec lui ».

 

Et c’est avec sa voix pure et cette chanson simple que nous vous souhaitons un joyeux Noël!

 

 

Tonnerre et pluie

 

Tonnerre et pluie,

éclairs, neige et vent.

Sur la paille est couché un petit enfant

qui apporte de nombreux cadeaux

et dans ses mains les clés du Paradis

Alléluia

 

Aucune couronne n’est digne du plus beau des fronts

Le Fils du Ciel est nu

dans la grotte des bergers.

Plumes d’autruche et vêtements de soie se plient devant lui

Tu es venu au monde avec un message de Lumière

sur l’essence de la Foi.

Une lampe pour l’humanité

Tu apportes une nouvelle vie

Et des temps nouveaux

 

La porte du paradis est ouverte

Un lys aux pétales brillants

Un souffle céleste

Un hymne d’amour

 

Ton nom ne disparaîtra pas, il restera dans nos cœurs[1]

 

Tonnerre et pluie,

éclairs, neige et vent.

Sur la paille est couché un petit enfant

qui apporte de nombreux cadeaux

et dans ses mains les clés du Paradis

Alléluia

 

رعد وشتي

 

رعد وشتي

برق وتلج ورياح

عالقش طفل صغير

جايب هدايا كتير

حامل بإيده للسما مفتاح

هللوه

 

يا خجلة التيجان

من جبين أحلى جبين

ابن السما عريان

بمغارة الرعيان

ريش النعام

وهالحرير يميل

 

طليت عالمعمور

حامل رسالة نور

عن جوهر الإيمان

قنديل للإنسان

تعمّر دني ودهور تمحي دهور

 

باب السما مفتوح

زنبق كمامه تلوح

باب السما مفتوح

زنبق كمامه تلوح

نفحة سماوية
للحب غنّية

نفحة سماوية
للحب غنّية

 

واسمَك من البال ما بيروح

ما بيروح
اسمَك من البال ما بيروح

 

رعد وشتي
برق وتلج ورياح

عالقش طفل صغير
جايب هدايا كتير

حامل بإيده للسما مفتاح

هللوه

 

 

© tous droits réservés

 

Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité des auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position de la Fondation Internationale Oasis

[1] Littéralement « esprit », « âme », « pensée » (bâl).