close_menu
close-popup
image-popup

Langues disponibles:
close-popup
Paypal
Carta di credito
soutenez-nous
Moyen Orient et Afrique

La chimère de l’État islamique

La condamnation de l’EI par la galaxie plurielle du fondamentalisme pourrait être l’occasion d’une mise en discussion de l’idéal même d’État islamique, douloureuse mais nécessaire pour ces penseurs qui recherchent une modernité différente pour l’Islam.

« L’EI ne représente pas le véritable Islam » : combien de fois des musulmans de toutes tendances – à l’exclusion naturellement des jihadistes – ont-ils répété ces derniers mois ce jugement, lançant des appels et émettant des condamnations publiques ! Heureusement. Mais si le véritable Islam ne réside pas entre Raqqa et Mossul, où donc le trouver ? Au niveau personnel et communautaire, il est aisé de répondre en citant les si nombreuses expériences où l’on a vu la foi islamique devenir le moteur d’un engagement moral qui enrichit la coexistence sociale (dans les sociétés plurielles comme en Occident) ou même la fonde (dans certains contextes du Moyen Orient). Mais au niveau politique, la question devient plus complexe, parce que depuis des décennies, des représentants de différents courants définis improprement « fondamentalistes » affirment que l’Islam offre un modèle précis d’organisation de l’État. Hé bien, s’ils ont raison, l’État islamique, aujourd’hui, où est-il ? Les représentants de l’Islam politique , à la différence d’autres réalités du monde musulman, ne peuvent se dérober devant cette nouvelle question, au moment où ils se dissocient de l’EI, justement parce que c’est sur ce point qu’ils axent depuis des décennies leur programme.

 

 

Et pourtant, il semble vraiment que l’État islamique soit, pour paraphraser le Manifeste du Parti communiste de 1848, « un spectre qui hante la umma ». Il doit être là – c’est la théorie qui l’enseigne – mais on ne sait guère où. Ce n’est pas l’EI, justement. Mais ce n’est pas non plus l’Arabie Saoudite, avec qui par exemple les Frères musulmans ont un compte à régler. Et à part peut-être les intéressés eux-mêmes, il n’y a guère de gens qui proposeraient des pays comme le Pakistan, l’Afghanistan ou la Mauritanie (qui pourtant s’honorent de ce titre) comme des exemples d’État islamique réalisé, sans parler naturellement de l’Iran, placé a priori sur le banc des suspects en raison de son appartenance shi‘ite.

 

 

La nature insaisissable de l’État islamique apparaît d’autant plus surprenante si l’on considère que pilier fondamental de toute la doctrine, depuis la fin du XIXe siècle, est que la religion musulmane fournirait non seulement un système de valeurs pour l’au-delà et pour ici-bas, mais aussi des indications concrètes pour réaliser une communauté politique alternative aux autres modèles en circulation (« ni avec l’Occident ni avec l’Orient » disait un célèbre slogan khomeiniste) et immédiatement réalisable, sans attendre l’avènement du Dernier Jour. Et pourtant, après un siècle de flots d’encre et de discours qui ont martelé cette thèse dans les esprits et dans les cœurs, et après un demi-siècle où, la faillite du nationalisme arabe aidant, d’immenses ressources économiques ont été consacrées à réaliser sur le terrain cette théorie, l’État islamique ne s’est pas encore matérialisé. Et quand il s’agit d’indiquer le dernier calife répondant aux normes, un idéologue de premier plan comme le pakistanais Mawdudi (mort en 1979) est obligé de remonter jusqu’à ‘Umar Ibn ‘Abd al-‘Aziz, le pieux omeyyade qui régna de 717 à 720, c’est-à-dire il y a 1400 ans environ. Il faut être clair : ce n’est pas que de grandes figures de gouvernants musulmans ne soient apparues plus tard, mais l’État islamique est quelque chose de plus qu’un bon souverain, c’est un régime tout entier qui se réalise. S’il se réalise, justement.

 

 

Et si le retard survenu dans la parousie de l’authentique État islamique était alors imputable à l’Occident et à ses trames néocoloniales, favorisées au besoin par des gouvernements locaux « collaborateurs » ? L’argument, en ce cas, est faible : parce que si véritablement cette doctrine politique est le cœur de l’enseignement coranique, il est impensable que des puissances adverses – et par définition perdantes – puissent en arrêter l’avènement au-delà d’une certaine limite. Et alors, après un demi-siècle de tentatives, il ne reste peut-être qu’une seule, déconcertante, possibilité : que l’État islamique soit un mirage qui se dissout avant de se laisser encadrer dans le prosaïsme de lois étatiques, ou qui, en alternative, subit une triste métamorphose jusqu’à devenir de façon préoccupante semblable à un régime médiéval. Ce n’est pas cela, la modernité différente, mais tout de même modernité, que ces penseurs recherchent, en imaginant un État capable de tenir tête aux grandes puissances.

 

 

La condamnation de l’EI devrait de ce fait conduire, dans la galaxie fondamentaliste plurielle, jusqu’à une mise en question radicale de l’idéal même d’État islamique, si douloureuse qu’elle puisse être. S’arrêter avant d’y arriver signifierait perdre une occasion historique.

 

 

 

Publié sur le quotidien Avvenire, 9 novembre 2014

Inscrivez-vous à notre newsletter

J'autorise l'utilisation de mes données après avoir accepté la politique

Pour obtenir des informations et des analyses, abonnez-vous à notre revue semestriel