close_menu
close-popup
image-popup

Langues disponibles:
close-popup
Paypal
Carta di credito
soutenez-nous
Religion et société

Dossier religions à l'examen de Bruxelles

 

Auteur: Bérengère Massignon

 

 

Titre: Des dieux et des fonctionnaires. Religions et laïcités face au défi de la construction européenne

 

 

Editeur: Presses Universitaires de Rennes, 2007, 364 pp.

 

 

Comme le constatent les éditeurs en la couverture du livre, « à l’heure où s’esquisse une Europe politique et où se profile l’adhésion de la Turquie, l’Union européenne n’échappe pas à la question religieuse. Quelle identité ? Quelle frontière pour l’Europe ? Comment faire sens et puissance dans une mondialisation qui exacerbe le sentiment reli-gieux ? Quelle place réserver aux religions au sein de la société civile européenne en gestation ? » Telles sont les questions complexes et débattues auxquelles cet ouvrage de référence s’efforce de suggérer des réponses à la suite d’une analyse pertinente de tout ce qu’a tenté la « construction européenne » en la matière au cours des cinquante dernières années. Diplômée en sciences politiques (Paris) et docteur en sociologie de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, Bérengère Massignon enseigne la géopolitique des religions et participe à un « projet sur l’enseignement du fait religieux en Europe ». Elle entend analyser, dans cet ouvrage des plus documentés, « les relations entre les cinq derniers présidents de la Commission européenne et leurs conseillers en matière religieuse avec les acteurs religieux européens : catho-liques, protestants, et, ce qui est nouveau et peu traité, orthodoxes, juifs, musulmans et laïques ». Après une introduction générale (pp. 9-21), où elle justifie son titre, « des dieux et des fonctionnaires », elle situe d’emblée ce que sont les « religions et laïcités (selon un pluriel des plus diversifiés) au défi de la construction européenne » pour les approcher dans le cadre méthodologique d’un « laboratoire d’études et de débats ».

 

 

La première partie décrit les « trajectoires comparées des acteurs religieux et laïques ». La deuxième partie, qui a pour titre : « Gérer la diversité religieuse : un défi pour la Commission européenne », fait l’historique des efforts de celle-ci dans le troisième chapitre, qui en analyse « genèse, crises et développements » (pp. 109-181).

 

Le quatrième chapitre constate qu’il y a « institutionnalisation et pluralisation incomplètes » (pp. 183-205). L’Union européenne affronte, en effet, de multiples formes du « défi de la pluralité religieuse », et « le cas de l’islam » n’y est pas l’un des moindres, vu « la difficile recherche de partenaires musulmans », tandis qu’orthodoxes, juifs et humanistes se font plus exigeants quant aux institutions de l’Union.

 

 

La troisième partie se veut donc une réflexion d’ensemble sur « l’état des lieux » actuel : « Faire de l’un avec du multiple : un modèle européen de gestion du religieux original ? » Le cinquième chapitre prend acte de « la confrontation des modèles nationaux » (pp. 211-229). Quel y est l’apport du modèle des cultes reconnus et y aurait-il une laïcité européenne ? Chaque pays européen a sa manière de reconnaître le rôle social positif des religions, mais en organise si différemment les relations juridiques avec l’Etat et la société civile.

 

En conclusion générale, l’auteur précise ce qu’est « Le “compromis” européen » (pp. 303-318) pour réaliser « l’unité dans la diversité ». Il s’agit d’une « gouvernance innovante » du religieux qui a les six caractéristiques suivantes : « la subsidiarité, le rôle social positif des religions, la reconnaissance de leur spécificité par rapport aux autres organisations de la société civile, la neutralité positive, la reconnaissance du pluralisme confessionnel étendue aux groupements philosophiques, un arsenal juridique structuré en matière de non-discrimination selon la religion et les convictions ». Comment traiter équitablement le pluralisme religieux d’une société sans tenir compte du poids réel des communautés religieuses quant à leur apport à la culture et à la politique de cette même société ? C’est un problème que connaissent aujourd’hui de nombreux pays où musulmans et chrétiens ont à vivre, en minoritaires ou en majoritaires, en harmonie avec d’autres communautés religieuses : le « cas européen » pourrait sans doute être éclairant à ce sujet, et c’est pourquoi ce livre mérite d’être lu attentivement.

 

Inscrivez-vous à notre newsletter

J'autorise l'utilisation de mes données après avoir accepté la politique

Pour obtenir des informations et des analyses, abonnez-vous à notre revue semestriel