close_menu
close-popup
image-popup

Langues disponibles:
close-popup
Paypal
Carta di credito
soutenez-nous
Religion et société

Jihad shi’ite: suspendu jusqu’au retour de l’Imam

Le jihad militaire est sorti de l’histoire pour y retourner seulement à la fin, réalisant le triomphe de l’esprit de la Révélation. Et pourtant, pour tous les hommes, la bataille a déjà commencé, bataille spirituelle contre les inclinations de l’âme charnelle. Mais certains veulent anticiper l’affrontement final.

La notion de « combat sacré » (jihâd) joua un rôle déterminant dans le destin universel de l’Islam. Le prophète Muhammad fut le premier à combattre pour imposer ce qu’il tenait pour la vérité révélée à lui : d’abord par le verbe à la Mecque, puis après son exil à Médine (hijra), par la force des armes. C’est dans la seconde période de sa prédication que le terme de jihad, signifiant d’abord l’effort moral et physique, prit le sens de « guerre sainte ». Si le jihad ne fait pas partie des cinq piliers de l’Islam, « combattre avec sa personne et ses biens sur le sentier de Dieu » est un devoir religieux pour la communauté musulmane dans son ensemble. Cet impératif est subordonné à un objectif de guerre et à la possibilité de la victoire. L’objectif premier n’était pas la conversion de tous, mais la soumission à l’ordre islamique. Quant au soutien de Dieu, il est promis dans les versets 22, 39-40 : « Permission est donnée [de combattre] à ceux qui combattent parce qu’ils ont été lésés – en vérité Allah a pleine puissance pour les secourir – […] Allah secourra certes ceux qui le secourent ».

 

 

Le contenu de la revue n'est pas encore disponible en ligne. Pour lire l'article intégrale vous pouvez acquérir une copie. ou vous abonner.

Inscrivez-vous à notre newsletter

J'autorise l'utilisation de mes données après avoir accepté la politique

Pour obtenir des informations et des analyses, abonnez-vous à notre revue semestriel