close_menu
close-popup
image-popup

Langues disponibles:
close-popup
Paypal
Carta di credito
souscrire
Classiques

Le jihad expliqué par les musulmans

Impossible de définir de manière univoque le jihad, car les musulmans en ont élaboré au cours de l’histoire de nombreuses conceptions. Mais ce serait une erreur que de renoncer a priori à une lecture unitaire de ce phénomène, largement discuté dans nos sources, et qui jouit aujourd’hui d’une actualité renouvelée. Bref voyage à travers les grands textes médiévaux.

Il y a peu de sujets dans l’Islam qui soient l’objet d’autant de controverses que le jihad. Déjà la simple traduction du terme fait problème : si le mot « effort » relève d’un philologisme timide, celui de « guerre sainte » est également susceptible de critique. Non tant en raison de l’argument, en soi plutôt faible, que pour dire « guerre », l’arabe a déjà d’autres vocables comme harb ou qitâl, ce dernier du reste bien représenté dans le lexique coranique. Car la « guerre sainte » est, aux yeux de qui la pratique, radicalement différente d’un vulgaire combat, au point de mériter un terme spécial : c’est justement pour cela qu’elle est « sainte ». Plutôt la traduction est inadéquate parce que le jihad est une activité qui investit toute la personne du croyant : ce n’est pas seulement un fait extérieur, il implique aussi une discipline intérieure. Tout bien considéré, il ne serait pas hors de propos de le traduire par « militance », terme un peu désuet, mais qui exprime mieux que d’autres un engagement à plusieurs niveaux, y compris celui militaire.

 

 

Le contenu de la revue n'est pas encore disponible en ligne. Pour lire l'article intégrale vous pouvez acquérir une copie. ou vous abonner.

 

 

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour obtenir des informations et des analyses, abonnez-vous à notre revue semestrielle