close_menu
close-popup
image-popup

Langues disponibles:
close-popup
Paypal
Carta di credito
souscrire
Classiques

Les douze « Mainteneurs » du Coran

Les douze « Mainteneurs » du Coran

[L'article est contenu dans Oasis n. 25. Pour en lire tous les contenus vous pouvez vous abonner]



Né près de l’actuelle Téhéran en 864 et mort à Bagdad en 941, al-Kulaynî est l’auteur du recueil le plus important de hadîths chiites, intitulé al-Kâfî (« Le livre suffisant ») ; titre on ne peut mieux adéquat vu l’étendue de la collection, qui constitue le premier et le plus ancien des « quatre livres » du hadîth duodécimain. La centralité absolue reconnue aux imams émerge déjà du choix de rapporter les propos attribués non seulement à Muhammad, mais aussi à ses successeurs, élargissant ainsi de façon significative l’extension de l’histoire sacrée. Si en effet pour le sunnisme la révélation se termine en 632 avec la mort de Muhammad, pour le chiisme, l’autorité enseignante des imams continue à s’exercer au moins jusqu’à la disparition physique du dernier d’entre eux, en 874.


Bon nombre de ces traditions portent sur la fonction de l’imam, en particulier dans le chapitre intitulé Le livre de la Preuve. Comme un chemin ascendant, il part d’une discussion sur la nécessité d’un guide infaillible, inspiré par Dieu. Ce guide – telle est l’argumentation du premier hadîth proposé – ne saurait consister dans le seul Coran, parce que le Livre sacré islamique est l’objet d’interprétations divergentes et conflictuelles, comme le montre l’existence de nombreuses écoles théologiques et juridiques. Le Coran donc – conclut le raisonnement – a besoin d’un Mainteneur, exactement comme les organes sensoriels ont besoin d’un cœur.


[L'article est contenu dans Oasis n. 25. Pour en lire tous les contenus vous pouvez vous abonner]

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour obtenir des informations et des analyses, abonnez-vous à notre revue semestrielle