close_menu
close-popup
image-popup

Langues disponibles:
close-popup
Paypal
Carta di credito
souscrire
Religion et société

Ce n’est pas la foi qui impose le califat

La grande majorité des musulmans de tous les temps n’a jamais été soumise à l’autorité d’un calife. Le discours sur « l’État islamique » en tant qu’État légitime est une idéologie récente, née entre les années 1930 et 1960, qui relie la légitimité du régime politique de l’État à une idée donnée de la religion. Le monde islamique aujourd’hui a besoin d’une réforme religieuse, qui ouvre de nouveau la réflexion sur le régime politique entendu non comme institution religieuse mais comme administration de la chose publique ; et une réforme politique, qui promeuve l’alternance au pouvoir.

« État islamique » est un terme technique relativement tardif. Il a été employé pour la première fois par les voyageurs et les historiens byzantins pour désigner les terres dominées par les Ottomans. Les historiens et les juristes musulmans avaient en revanche l’habitude d’utiliser l’expression dâr al-islâm, c’est-à-dire la « maison » dont les habitants sont en majorité musulmans, où le musulmans et le dhimmî sont en sécurité, et où personne ne peut empêcher quiconque d’ériger des lieux de culte islamiques et de pratiquer le culte islamique.

 

 

Émigrer ou ne pas émigrer ?

 

 

Quand les Britanniques occupèrent l’Inde et conquirent progressivement le sultanat Moghol jusqu’à le faire tomber à la suite de l’insurrection de 1857, certains juristes affirmèrent que ce territoire n’était plus « maison de l’Islam ». D’autres juristes répliquèrent que les Britanniques étaient, certes, un ennemi qu’il fallait combattre, mais que ce territoire restait toujours « maison de l’Islam » puisque les occupants ne s’opposaient pas à la présence des mosquées, des musulmans et à leurs actes de culte. Pour étayer leur arguments, ils citaient le cas du sultan ottoman qui, après avoir perdu la péninsule de la Crimée dans la guerre contre les Russes, stipula, dans l’accord de Küçük Kaynarca de 1774, que les musulmans ne devraient pas émigrer tant que l’on ne toucherait pas à leurs lieux de culte, à leurs mosquées, à leurs biens de mainmorte et à leurs juges.

 

 

Le contenu de la revue n'est pas encore disponible en ligne. Pour lire tous les articles de Oasis n. 23 vous pouvez acquérir une copie. Pour vous abonner cliquez ici.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour obtenir des informations et des analyses, abonnez-vous à notre revue semestrielle