close_menu
close-popup
image-popup

Langues disponibles :
close-popup
Paypal
Carta di credito
S’abonner
Islam

Les oulémas saoudiens, gardiens du changement

Médine, Arabie Saoudite [© Alymo - Pixabay]

Le théologien Ibn ‘Abd al-Wahhâb garantit aux souverains saoudiens la légitimité religieuse. Les souverains, à leur tour accordèrent au clerc et à ses adeptes le monopole de l’interprétation de l’Islam

Cet article a été publié dans Oasis 25. Lisez le sommaire

Dernière mise à jour: 09/05/2019 12:40:21

Le théologien Ibn ‘Abd al-Wahhâb garantit aux souverains saoudiens la légitimité religieuse. Les souverains, à leur tour accordèrent au clerc et à ses adeptes le monopole de l’interprétation de l’Islam. Exportée dans le monde entier grâce aux ressources énormes du royaume, cette doctrine ultraconservatrice controversée a dû elle aussi se mesurer avec la modernisation, qui a mis en crise le pacte fondateur et engendré des oppositions au sein de l’establishment religieux.

 

Les oulémas ou clercs sunnites de l’Arabie Saoudite ont dû affronter la modernisation du pays et les changements socio-politiques qui ont intéressé les traditions religieuses qu’avait développées Muhammad Ibn ‘Abd al-Wahhâb au XVIIIe siècle. Si certains oulémas opposent aujourd’hui une résistance au changement, d’autres ont accueilli avec prudence le progrès de la société saoudienne, allant jusqu’à modifier leurs propres positions en matière de religion pour s’adapter aux circonstances. Ce qui a entrainé, dans les milieux religieux saoudiens, des contestations et des négociations, accompagnées parfois de débats ardus sur l’authenticité de l’identité religieuse saoudienne. 

 

Fondateur de la pensée religieuse saoudienne[1], Muhammad Ibn ‘Abd al-Wahhâb prêchait la purification religieuse par l’élimination de ce qu’il estimait être des pratiques corrompues. Le but de cette purification était la promotion d’un monothéisme absolu, qui contrastait en particulier avec certaines pratiques chiites et soufies. Il trouva dans sa mission un soutien politique en la personne de Muhammad Ibn Sa‘ûd, qui fonda en 1744 l’État saoudien. Ibn ‘Abd al-Wahhâb garantit à Muhammad Ibn Sa‘ûd la légitimité religieuse pour gouverner, tandis que ce dernier, à son tour, accorda au clerc et à ses adeptes le monopole des affaires religieuses. Les ennemis de ‘Abd al-Wahhâb et de Ibn Sa‘ûd furent éliminés, et les interprétations de l’Islam formulées par ‘Abd al-Wahhâb devinrent une constante théologique utilisée par les générations successives des Âl-Sa‘ûd et des clercs wahhabites pour unifier l’Arabie et créer en 1932 l’État moderne de l’Arabie Saoudite.

La suite est réservée aux abonnés. s'abonner
Déjà abonné? Se connecter

Pour citer cet article

 

Référence papier:

Raihan Ismaïl, « Les oulémas saoudiens, gardiens du changement», Oasis, année XIII, n. 25, juillet 2017, pp. 70-78.

 

Référence électronique:

Raihan Ismaïl, « Les oulémas saoudiens, gardiens du changement», Oasis [En ligne], mis en ligne le 29 août 2018, URL: https://www.oasiscenter.eu/fr/les-oulemas-saoudiens-gardiens-du-changement.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter d’Oasis

Pour obtenir des informations et des analyses, abonnez-vous à notre revue semestrielle