close_menu
close-popup
image-popup

Langues disponibles :
close-popup
Paypal
Carte de crédit

Privacy policy

S’abonner
Islam

L’Observatoire d’al-Azhar répond à la déclaration des Frères musulmans

La traduction de la réponse de l’Observatoire d’al-Azhar à la déclaration des Frères musulmans

Dernière mise à jour: 31/10/2019 10:07:33

« Réponse de l’Observatoire d’al-Azhar pour lutter contre l’extrémisme à la déclaration du groupe terroriste des Frères publiée le matin du samedi 23 février 2019 » (26.02.2019)[1]

 

Le groupe terroriste des Frères a publié une déclaration, sur son site officiel, sous le titre : « Epître des Frères musulmans : Consolation différée et rétribution méritée ». Il se trouve que le groupe a publié sa déclaration en commençant par une parole de Dieu Très-Haut : « Et ne dites pas que ceux qui sont tués sur le chemin de Dieu sont morts, au contraire, ils sont vivants, mais vous ne le percevez pas. » (sourate al-Baqara, 154). C’est là une citation hors de propos, et une falsification du terme par rapport à son contexte. Les véritables martyrs, ce sont ceux qui défendent leurs patries contre tous les agresseurs. Ils donnent leurs âmes en sacrifice pour protéger leur sol, leur espace, leurs populations, tous ceux qui vivent sur leur terre. Ce ne sont pas ceux qui effraient leurs compatriotes, qui menacent leur sécurité et qui cherchent à répandre la corruption et le chaos dans le pays.

 

Or la déclaration du groupe terroriste a invité clairement les Egyptiens à répandre le chaos dans leur pays, où ils bénéficient de la sécurité et de la sûreté. De cette manière, ils dévoilent leurs visages affreux qu’ils ont si longtemps essayé de cacher afin de tromper les jeunes. Ils mettent à jour leurs véritables objectifs, à plus long terme. Ils reconnaissent, en s’exprimant clairement, qu’ils constituent un groupe professant la violence. Telle est bien leur pratique. Cet objectif misérable et désespéré qu’ils tentent de réaliser consiste à saper les fondements de l’État, à provoquer la fitna entre ses citoyens, à entrer dans la mêlée du chaos et de l’égarement fratricide dont ont souffert et souffrent toujours plusieurs États dans la région.

 

Le titre de cette déclaration attire l’attention en usant de l’expression : « Consolation différée ». D’évidence, ce titre a une signification. C’est un appel clair des ignorants se venger comme à quitter les institutions étatiques et le régime dans son ensemble.

 

L’ « Observatoire » entend clairement indiquer que ce souhait délirant du groupe terroriste relatif à la vengeance et à la revanche n’a aucun lien avec les prescriptions de la religion. Le groupe essaie, vainement, de s’emparer de ces prescriptions et de les mettre en application pour servir ses buts malveillants. Dans la déclaration, c’est tout particulièrement indiqué quand le groupe reconnaît qu’ils sont en situation de rupture avec le régime, qu’ils sont au milieu du gué, qu’il faut continuer, que s’ils se retirent ils ne redonneront pas vie à ce qui est perdu et ils ne sauvegarderont pas ce qui a subsisté ! Les lecteurs de la production du groupe des Frères, au travers des lignes directrices de leurs écrits, sont conscients de leur extrémisme et de leur déviance en matière de prescriptions de la religion véritable. Ce qu’ils font ne sert pas les prescriptions de cette religion pour laquelle Dieu a envoyé son Prophète, que Sa miséricorde vienne sur les mondes. Leur perception de la société est constante, elle ne change pas. Selon leur vue la société est une société de l’ignorance [pré-islamique] dirigée par des tyrans. Par conséquent, l’idée de la sécession et de la révolte contre cette société est fondamentale pour eux. La preuve de tout cela, c’est ce qu’a écrit Sayyid Qutb concernant la hâkimiyya, la jâhiliyya, le takfîr des gouvernements et des sociétés musulmanes sous prétexte qu’ils ont délaissé ce que Dieu a fait descendre [révélé] ! La déclaration a été fondée sur quelques vers poétiques de cet extrémiste afin d’enflammer la fougue des jeunes et les exhorter au combat, au terrorisme. Et ce, contre un droit indéniable : ils font preuve d’hostilité envers un État sur les terres duquel nous vivons, sous le ciel duquel nous nous protégeons, par les fruits duquel nous nous nourrissons, ce qui est absurde pour tout esprit saint.

 

Il ne faut pas cacher le fait que parmi les devoirs du musulman, il y ait la fidélité et l’attachement à sa patrie, sa protection et sa défense, par toutes ses paroles et tous ses actes. L’amour des patries relève de la foi. C’est cela que soutient la doctrine islamique, la tradition prophétique, plus encore c’est sur cela que s’accordent ceux qui ont des dispositions naturelles saines et des esprits droits.

 

Nous vous invitons à apprécier et à vous étonner des contradictions contenues dans cette déclaration : en même temps que le groupe invite à la révolution pour sauver la patrie, le Bureau général des Frères terroristes, par sa déclaration, tend ses mains et laisse les portes de ses institutions grandes ouvertes à tous ceux qui sont ardents pour accomplir cette tâche, en vue d’une préparation qui n’est pas terminée et qui ne le sera que lorsque la victoire sera acquise, garantie par les âmes des martyrs, et avec laquelle Dieu épurera la colère des cœurs des croyants. De telles entreprises détruiraient l’État, placeraient ses jeunes comme ses hommes mûrs dans un cercle vicieux, conduiraient à faire couler le sang, creuseraient le fossé entre les composantes de la société égyptienne, ce qui serait catastrophique pour tous, sans exception. Si le navire de la patrie est coulé – ce qu’à Dieu ne plaise – personne ne sera épargné.

 

L’ « Observatoire » s’interroge sur ceux qui se trouvent derrière ce groupe et qui le soutiennent avec de l’argent et des armes afin d’aboutir à cette fin, de manière injuste et agressive, jusqu’à verser le sang des innocents, des défenseurs de la sécurité de leurs patries, de ceux qui sont sur le front : D’où leur vient leur latitude pour déclarer que leurs portes étaient ouvertes à ceux qui se présenteraient pour affronter leur patrie ? N’est-ce pas là une déclaration explicite de la trahison du groupe terroriste et de la reconnaissance de leur collaborationnisme ?

 

L’ « Observatoire » pour la lutte contre l’extrémisme est convaincu que le groupe terroriste des Frères suit les traces de « Daesh » et, au-delà, des groupes extrémistes qui s’emploient à étendre le chaos, à mettre en application un agenda caché, à tenter vainement de menacer notre sécurité et notre sûreté. Il est du devoir de tout individu vivant sur le sol d’Égypte de maintenir la cohésion de la patrie, de travailler à son développement et d’œuvrer à sa prospérité. L’amour de la patrie ne se traduit pas par des expressions ronflantes, des mots scintillants, des slogans chargés et contrefaits, ou des appels attractifs, au contraire, il est étroitement lié à l’action des individus et à leurs comportements. Tout homme dans la société se doit de manifester son amour de sa patrie ; il est de son devoir de respecter ses lois et ses règles, de préserver et de veiller à la sécurité de ses biens [des biens de l’État]. Cela le conduit à accomplir sa mission et ses fonctions avec sincérité et amour, à prendre soin du bien de la patrie, de ses richesses, de ses ressources, contre l’ineptie des falsificateurs et des trompeurs.

 

Que Dieu garde l’Égypte et son peuple de toutes les abominations et du mal.

 

Traduit de l'arabe par Dominique Avon
 
Les opinions exprimées dans cet article n’engagent que la responsabilité les auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position de la Fondation Internationale Oasis

[1] « Radd marsad al-Azhar li-mukâfahat al-tatarruf ʻalâ bayân jamâʻat al-ikhwân al-irhâbiyya al-sâdir fî sabâh yawm al-sabt al-muwâfiq 23.02.2019 ». Source : https://bit.ly/2qReoBS.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter d’Oasis

Pour obtenir des informations et des analyses, abonnez-vous à notre revue semestrielle