close_menu
close-popup
image-popup

Langues disponibles:
close-popup
Paypal
Carta di credito
souscrire
Religion et société

Une rencontre complexe destinée à nous changer

L’Europe a dans son ADN la capacité « d’intégrer dans une synthèse toujours neuve les cultures les plus diverses et sans lien apparent entre elles »

[L'article est contenu dans Oasis n. 24. Pour en lire tous les contenus vous pouvez acquérir une copie ou vous abonner]

 

 

« Culture politique de l’optimisme total » : c’est en ces termes que le politologue Giandomenico Majone définit l’ensemble de valeurs et d’idées qui ont donné forme à l’Union européenne. On a construit la « maison commune » sans considérer la possibilité d’échecs, et donc sans prévoir des mécanismes de gestion des crises1. On pourrait dire que le marché unique et l’union monétaire ont été la déclinaison européenne de l’illusoire « fin de l’histoire » préconisée par Francis Fukuyama. Mais sans faillir, l’histoire est revenue, pressante, avec la séquence implacable de crise financière, crise des migrants et terrorisme djihadiste. Et l’optimisme a cédé le pas à de tout autres sentiments. Comme l’écrit Pierangelo Sequeri dans l’article d’ouverture de ce numéro : « Si l’on considère le nouveau flux migratoire vers l’Europe, c’est comme si le désespoir d’hommes et de femmes, d’enfants et de jeunes, qui risquent sur la confiance en un petit continent jouissant d’un bien-être assuré et d’une coexistence pacifique, se trouve destiné à entrer en collision avec la croissante résignation à l’impuissance de leur propre humanisme de la part des peuples qui l’ont partagé ». Il ne s’agit donc pas seulement de repenser l’architecture institutionnelle de l’Union, mais de « contrer culturellement la résignation que nous manifestons devant notre présent qui se vide ». C’est un défi sur lequel se joue aussi l’avenir du Christianisme européen, appelé en particulier à ouvrir de nouveau « l’horizon chrétien d’intégration de l’humain qui est commun aux peuples » et à « déconstruire religieusement la religion de l’argent », qui est « le phénomène théologico-politique central pour déchiffrer la possibilité ou l’impossibilité d’une nouvelle Europe ».

 

 

Pour contribuer à cette entreprise, nous devons avant tout situer les choses dans leur juste ordre et dans leur juste perspective : c’est ce que nous avons tenté de faire dans le premier volet de la section Thèmes. Omar Dahi et Helen Makkas y rappellent par exemple que « la panique qui a accompagné l’augmentation dramatique de réfugiés et de migrants entrés dans l’Union européenne en 2015 a fait trop aisément oublier sur qui retombe véritablement le poids de cette crise », c’est-à-dire la société syrienne et les pays limitrophes du Moyen-Orient, dans lesquels se concentrent 55 % de la population déplacée du monde. Les conditions dans lesquelles vit cette population sont approfondies par Kamel Doraï, lequel analyse la situation des réfugiés syriens entre « la précarité des conditions matérielles » et la « volonté de reconstruire dans l’exil une vie ‘normale’». Combien cette normalité est instable, le reportage de Rolla Scolari l’illustre : une enquête sur les 250 000 réfugiés syriens au Liban âgés de 3 à 18 ans, qui n’ont pas d’accès à l’instruction et qui risquent de devenir une génération « sacrifiée », avec des conséquences humaines et sociales explosives.

 

 

Il faut ajouter, à la situation dramatique du Moyen-Orient, les pays du Sahel, frontière oubliée « d’où proviennent, ou que traversent, la quasi-totalité des immigrés qui ont ces dernières années gonflé les flux de la Méditerranée centrale ». Emilio Manfredi en parle, dans un article montrant aussi la myopie d’une Europe qui, alors qu’elle condamne – à juste titre – les murs construits le long de ses frontières, n’a guère de scrupules à tenter, avec des résultats du reste discutables, de contenir l’immigration en négociant des accords avec des gouvernements prédateurs.

 

Face aux proportions de ces phénomènes et aux bouleversements qui en dérivent, on a invoqué de plusieurs côtés une sorte de « Plan Marshall pour la Méditerranée » : une idée inspirée par de bonnes intentions – affirme Giulio Sapelli – mais peut-être prématurée, en l’absence aussi bien de présupposés économiques que géostratégiques nécessaires pour la réaliser.

 

 

Au point où elle en est arrivée, l’Europe ne peut pas ne pas tenir compte de cette grande réalité humaine que nous avons choisi d’approfondir dans les Classiques : l’hospitalité. La figure légendaire du chevalier-poète Hâtim al-Tâ’î introduit à la vertu « totalisante » de l’hospitalité arabe, reprise en une forme plus modérée également par l’Islam, dans une oscillation entre l’idéalité et sa rationalisation qui – écrit Martino Diez – a «quelque chose à dire également aux jours désenchantés que sont les nôtres ». Un texte de Jean Daniélou rappelle en revanche que la capacité d’accueil de l’hôte n’est pas seulement une dimension incontournable de la vie chrétienne mais aussi l’un des critères les plus sûrs pour mesurer le degré de civilisation d’un peuple. Voilà pourquoi – suggère Claudio Monge – l’hospitalité est aujourd’hui « une exigence profondément spirituelle, dans des sociétés complexes et où la cohabitation est souvent difficile ».

 

 

Il ne suffit pas toutefois de dire accueil, si celui-ci n’est pas aussi pensé, et pratiqué, dans un horizon culturel partagé. On dit souvent, et à juste titre, qu’il ne faut pas confondre immigration, Islam et terrorisme. Pourtant – et c’est là que commence le second volet des Thèmes – il est indéniable que c’est surtout la présence de l’Islam (et sa dérive islamiste) qui suscite les inquiétudes de nombreux européens. Et si celles-ci sont alimentées par des préjudices et manipulations, il faut aussi reconnaître, comme le fait Brigitte Maréchal, que « nous avons affaire à une ‘rencontre complexe’ de civilisations ». Le pari devient alors l’édification d’une société où le respect du pluralisme se conjugue avec un nouveau sens d’appartenance commune. Un regard sur le contexte américain, présenté par Amir Hussein à travers la figure de Muhammad Ali, montre l’une des formes possibles de cette appartenance.

 

 

Certes, l’irruption du djihadisme sur le sol européen complique, de beaucoup, les tentatives de créer de nouveaux équilibres. Ce serait toutefois une erreur de l’ériger comme notre nouvel « ennemi ontologique ». Sequeri dit fort clairement que ce ne seront pas les « barbares » qui feront mourir l’Europe, mais que « c’est sa propre ‘liquéfaction’ qui la rend stérile ». En ce sens, le djihadisme est peut-être davantage un symptôme qu’une maladie. La maladie, comme il ressort de l’article de Farhad Khosrokhavar sur les djihadistes européens, et en particulier français, c’est le manque d’idéaux capables d’étayer la vie.

 

 

Felice Dassetto réfléchit lui aussi sur le djihadisme à partir du « cas Molenbeek », le quartier de Bruxelles d’où sont partis quelques-uns des terroristes qui ont frappé Paris en novembre 2015, et la capitale belge en mars 2016. Dans une reconstruction magistrale qui rassemble facteurs sociaux, urbanistiques et religieux, Dassetto met en évidence un point majeur : tout en ayant sa spécificité propre, la global city bruxelloise est un exemple des problèmes auxquels devra se confronter le Vieux Continent. On a besoin, en effet, de nouvelles configurations, « le défi est de trouver les modalités et les méthodes pour les construire avec les populations musulmanes religieusement motivées ».

 

 

Au terme de la lecture, il apparaît clairement que ces nouvelles formes de vie bonne sont encore, dans une large mesure, à penser. Pour l’instant, nous voyons plutôt « ce que nous ne sommes pas, ce que nous ne voulons pas » (Montale). Mais comme l’a affirmé le pape François en recevant le prix Charlemagne, l’Europe a dans son ADN la capacité « d’intégrer dans une synthèse toujours neuve les cultures les plus diverses et sans lien apparent entre elles »2. C’est de là que doit repartir l’Europe si elle veut avoir encore quelque chose à dire au reste du monde.

 

 

[L'article est contenu dans Oasis n. 24. Pour en lire tous les contenus vous pouvez acquérir une copie ou vous abonner]

 

 

1 Rethinking the Union of Europe Post-Crisis: Has Integration Gone Too Far?, Cambridge University Press, Cambridge 2014, p. 58. Majone est Professeur émérite de Politiques publiques à l’Institut universitaire européen (EUI).

 

2 François, Discours à l’occasion de la remise du Prix Charlemagne, 6 mai 2016.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Pour obtenir des informations et des analyses, abonnez-vous à notre revue semestrielle